poême ryokan ‘soixante dix passés’

Plus de soixante dix ans ont passé.
Ce que les hommes appellent le vrai et le faux ne me concerne pas
La neige de la nuit a effacé les traces de mes pas
Sous la fenêtre brûle l’encens.

Ryokan